De l’acquisition à la didactique (et vice-versa)

Date: 
01/11/2021
Lieu: 
Paris
Description: 

Les laboratoires de didactique (DILTEC EA 2288) et de phonétique/phonologie (LPP UMR 7018) de la Sorbonne Nouvelle, membres du GIS 'Réseau d'Acquisition des L2', proposent d'organiser les prochaines journées d’études (initialement programmées pour novembre 2020) en 2021 sur les inter-relations entre acquisition et didactique des langues.

Les travaux francophones se situant à l'interface des recherches en acquisition des langues (RAL) et de la didactique des langues (DDL) émergent depuis quelques années (voir par ex. Pallotti 2002, Véronique 2005, Trévisiol-Okamura et Komur-Thilloy 2011, Canut 2016, Laurens et Véronique 2017, Watorek et al. 2017, Alazard-Guiu, Santiago & Mairano 2018) mais manquent encore de visibilité.

 Ainsi, depuis que la didactique du français en tant que langue étrangère (FLE) s'est érigée, en France, en discipline autonome (Coste, 2013), des didacticiens du FLE ont cherché à construire une spécificité épistémologique par rapport à la linguistique appliquée et la RAL (Chiss et Coste, 1995), notamment en ce qui concerne les objets de recherche (Blanchet et Chardenet, 2019) et les méthodes propres à la DDL et au FLE (Blanchet, 2011 ; Gagnon et Canelas-Trevisi, 2014)1. Il en est tout autrement dans le monde académique anglo-saxon où le domaine de l'applied linguistics (Ellis, 2012) peut être perçu comme renvoyant à ce qui relève tout aussi bien de la didactique que de l'apprentissage/acquisition.

 Nous partirons de ce positionnement au carrefour de deux domaines de recherche s'intéressant à l'appropriation d'une langue en contexte guidé, pour souligner que le dialogue amorcé a permis de mettre en exergue l'apport des recherches sur l’apprentissage/acquisition des langues étrangères et secondes pour la formation de l’enseignant (Aguilar Río et Brudermann, 2014 ; Causa et al., 2014), les procédures d’évaluation (traitement de l’erreur, feedback correctif) (Laveault, 2013) ou encore la programmation du contenu à enseigner (Hylstenstamm 1985, Pienemann 1984, Mendonça Dias 2012). Cependant, on évoque peu l'intérêt des travaux des didacticiens pour le champ de l'acquisition et les relations entre acquisition et didactique des langues sembleraient rester jusqu'à présent unidirectionnelles (Coste 2002 ; Véronique, 2017).

 Nous interrogerons le positionnement épistémologique des différents courants dans l’une et l’autre discipline, ainsi que les méthodes et la portée des données produites par des travaux quantitatifs et/ou qualitatifs. Depuis le tournant socioculturel lancé par Firth et Wagner (1997) et conceptualisé par Block (2003), appuyé par les courants interactionniste et conversationnaliste, les interactions entre RAL et DDL ont-elles évolué (Kasper et Wagner, 2018) ? De façon générale, comment la didactique et l'enseignement des langues peuvent-ils bénéficier des résultats récents de la recherche en acquisition ? Inversement, comment les travaux en acquisition des langues peuvent-ils s'inspirer des recherches-actions menées en didactique, notamment en ce qui concerne la prise en compte de conditions d’appropriation écologiques et réalistes, en milieu « naturel », plutôt qu’expérimentales et soumises au contrôle des variables dans le cadre d’une étude ? Comment ces deux domaines connexes des sciences du langage peuvent-ils participer à l'amélioration de l'enseignement des langues et à une véritable prise en compte du plurilinguisme ?

Les contributions pourront aborder (sans toutefois s’y limiter) les thématiques suivantes :

- les relations entre les théories d'acquisition L2 et le questionnement didactique,

- les effets du type d'input (oral, audiovisuel, écrit, multimodal) en classe de langue sur les compétences acquises à l’oral et à l’écrit,

- l'impact des démarches didactiques pour l’enseignement de la grammaire et de la compétence orale sur le traitement de la langue par l'apprenant,

- l'impact du feedback correctif sur l'acquisition de la langue cible,

- la corrélation entre des pratiques plurilingues en classe de langue et le développement de la compétence plurilingue de l'apprenant en L3/Ln,

- l’utilisation des corpus récoltés dans le cadre de recherches en acquisition, et ré-exploités à des fins didactiques (et inversement, dans le cadre de recherches en didactique, à des fins acquisitionnelles).

Conférencier.e.s invité.e.s :

- Daniel Véronique (Professeur émérite, Univ. Aix-Marseille)

- Gabriele Pallotti (Univ. de Modena et Reggio Emilia)

- Paolo Mairano (Univ. de Lille)

- Emmanuelle Canut (Univ. de Lille)

1Il existe cependant des exceptions, comme en témoignent les activités qui émanent de l’AFLA, qui fait partie de l’AILA.

Lien: 

A venir